Fondation Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE

BILAN

BILAN - BILAN

Treize mille tués — les uns à leur poste, aux détours des haies normandes, aux lisières des forêts lorraines, aux maisons d’Alsace — les autres, le plus grand nombre, surpris par derrière, bousculés dans leur retraite, butant dans nos barrages.
Cinquante mille prisonniers, cueillis par isolés ou par paquets, sortis du combat la peur au ventre ou livrés par les villes en interminables cohortes.
Quatre cents chars et canons automoteurs. Toute la faune : Panther, ]agdpanther, Rhinocéros, Tigre égaillés sur les routes de Normandie, oubliés à quelques carrefours du Paris qu’ils avaient cru dominer, entassés au cimetière de Dompaire, enlisés dans les champs d’Alsace.
Cent vingt pièces d’artillerie, deux cent cinquante canons antichars, beaucoup démolis en position de tir, les cadavres de leurs servants encore à côté d’eux. D* autres, basculés dans les fossés, d’autres, abandonnés intacts en ordre de retraite.