Fondation Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE

Citations – Décorations

 

Décorations

Par décret du 23 août 1952, le titre suprême de Maréchal de France lui est conféré à titre posthume.

• Grand Croix de la Légion d’Honneur
• Compagnon de la Libération – décret du 6 mars 1941
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (8 citations)
• Croix de Guerre des TOE avec deux palmes
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Médaille des Evadés
• Médaille Coloniale avec agrafes “Maroc”, “Fezzan”, “Koufra”, “Tripolitaine”, “Tunisie”, “E-O”
• Médaille des Blessés
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative de la Guerre 39/45
• Commandeur de l’Ordre du Bain (GB)
• Distinguished Service Order (GB)
• Silver Star (USA)
• Bronze Star Medal (USA)
• Commandeur de la Legion of Merit (USA)
• Presidential Unit Citation (USA)
• Grand Officier de l’Ordre de la Couronne Royale (Belgique)
• Croix de Guerre 40/45 avec palme (Belgique)
• Croix de Guerre 39-45 (Luxembourg)
• Grand Croix de l’Ordre de la Couronne de Chêne (Luxembourg)
• Ordre du Virtuti Militari (Pologne)
• Croix de Guerre 39/45 (Tchécoslovaque)
• Ordre du Lion Blanc (Tchécoslovaque)
• Croix de Guerre de 1ère Classe (Grèce)
• Ordre de la Paz au Maroc (Espagne)
• Grand Croix de l’Ordre du Nicham Iftikar (Tunisie)
• Grand Croix de l’Ordre du Ouissam Alaouite (Maroc)
• Grand Croix de l’Ordre Royal du Cambodge
• Grand Croix de l’Ordre du Parasol Blanc (Laos)
• Grand Croix de l’Ordre du Million d’Eléphant (Laos)

 

Citations

 

A l’ordre de l’Armée (Ordre général n° 22). Affaire du 13 juillet 1930 (Taguendoust), 58e Goums mixte marocains.

De Hauteclocque, Philippe, lieutenant. « Officier doué des plus belles qualités morales. Volontaire pour les forces supplétives où il sert depuis plus d’un an avec ardeur et un allant au-dessus de tout éloge. Le 13 juillet 1930, au cours d’un engagement contre un ennemi nombreux et bien armé, a fait l’admiration de tous en se dépensant avec une bravoure merveilleuse à la tête des cavaliers du Goum pour protéger le gros des forces. Par ses qualités manœuvrières, a dégagé les groupes qui étaient tombés dans une embuscade et a harcelé les insoumis pendant leur repli. Grâce à ses habiles dispositions, a pu replier tous ses blessés. Au cours du combat, a été blessé au pouce de la main droite et a eu deux chevaux blessés sous lui. »


A l’ordre de l’Armée (Ordre général n° 57 du Général Commandant Supérieur des troupes du Maroc).

De Hauteclocque, Philippe-François-Marie, lieutenant. Affaires indigènes. « Remarquable entraîneur d’hommes, d’une bravoure et d’une abnégation au-dessus de tout éloge. Est revenu volontairement au Maroc. A commandé remarquablement les partisans d’avant-garde d’un groupement au cours de notre progression sur l’Indgnas et le Kerdous, a partout et toujours conquis ses objectif s, faisant preuve d’un mépris du danger et d’un sens du terrain absolument remarquables. Le 11 août, notamment, au combat d’Aghbalou, a été par sa manœuvre hardie, sous un feu violent, le facteur déterminant du succès de nos armes. » La présente citation comporte l’attribution de la Croix de guerre des T. 0. E. avec palme.
le 30 décembre 1933.

 

 

Ordre n° 65 du 5 avril 1941 des Forces Françaises Libres. E.-M. du Général de Gaulle, l” Bureau. N° 931/1.

Le Général de Gaulle, commandant en chef les Forces Françaises Libres, cite à l’Ordre des Forces Françaises Libres le colonel Leclerc. « Magnifique entraîneur d’hommes, chef de guerre né, d’une audace, d’un sang-froid, d’un sens manœuvrier véritablement exceptionnels. A pris Koufra le 1er mars après un siège de dix jours, réussissant ainsi un exploit sans précédent dans les annales de la guerre en pays désertique. »

 

A l’ordre de l’Armée – Décision n° 259 du 28 décembre 1944 (J. 0. du 14 janvier 1945).

« La 2e Division Blindée a continué à montrer des qualités incomparables d’audace et de courage en prenant, sous le commandement de son chef, le Général Leclerc, une part toujours glorieuse aux combats des armées alliées en Champagne et en Lorraine, jalonnant sa route de magnifiques victoires. En particulier, les 13 et 14 septembre dans la région de Dompaire, brisa par son héroïsme les contre-attaques acharnées des blindés ennemis, détruisant plus de trente chars Panther, en deux jours de lutte ininterrompue. Le 31 octobre s’empara de Baccarat par une manœuvre habilement conçue et audacieusement exécutée. Du 16 au 18 novembre 1944, participant à l’offensive du Ne corps franco-américain, s’est emparée, au prix de violents combats, des passages de la Vezouse, avec les ponts intacts. Lancée alors par son chef dans une audacieuse exploitation, s’est ruée vers l’Est sans prendre une heure de repos, brisant dans son élan les résistances les plus tenaces, débordant les positions ennemies du col de Saverne par des routes de montagne et détruisant d’importantes forces allemandes. Puis s’est emparée de la ville et du col, ouvrant ainsi le passage aux forces alliées. A ensuite atteint Strasbourg en quelques heures, au terme (Tune marche épique, et l’a libérée le 23 novembre, gagnant ainsi de haute lutte l’honneur d’y ramener nos couleurs, honneur mérité par une série d’exploits dignes des plus belles traditions de
l’armée française. »
La présente citation comportera l’attribution de la Croix de guerre avec palme.

 

A L’ordre de l’Armée (Décision n° 260 du 28 décembre 1944 – J. 0. du 14 janvier 1945).

« La 2e Division Blindée, magnifique grande unité, sous les ordres du Général Leclerc qui l’a formée avec les Forces Françaises Libres venues du Tchad, à travers le Fezzan et la Tripolitaine, au cours d’un raid désormais historique, et avec des unités constituées au lendemain de la libération de l’Afrique du Nord. Animée d’un esprit ardent de patriotisme et de sacrifice et portée par son chef à un très haut degré de valeur technique et de combativité, a pris dès son débarquement, dans les rangs des armées alliées, une part glorieuse à la bataille de Normandie, libérant Alençon le 12 août et participant à l’encerclement des forces ennemies près d’Argentan. Portée ensuite très rapidement à l’aide de Paris dressé contre l’ennemi, a livré le 24 août de brillants combats sur les lignes extérieures Je défense de la ville et audacieusement poussé dans la nuit quelques éléments jusqu’à la Cité. A achevé le 2-5 août la libération de la capitale, recevant la reddition du général allemand commandant la défense d faisant prisonnier plus de douze mille ennemis.

La présente citation comporte l’attribution de la Croix de guerre avec palme.

 


CITATIONS ACCOMPAGNANT L’INSCRIPTION AU TABLEAU SPÉCIAL DE LA LÉGION D HONNEUR ET DE LA MÉDAILLE MILITAIRE

 

Promotion au grade de Grand Officier de la Légion d’Honneur, pour prendre rang du 2-5 décembre 1944 :

Leclerc (Philippe-François-Marie), Général de Division.

S’est de nouveau révélé un grand chef de guerre au cours des opérations de Lorraine et J Alsace, en octobre et novembre 1944. Après avoir forcé le passage de la Vezouse, s’est emparé du col de Saverns et, à la suite d’une manœuvre hardie, a conduit sa division à Strasbourg, surprenant complète-ment l’ennemi, lui capturant douze mille prisonniers, dont trois généraux, et forçant l’admiration de tous par son audace et son habileté.

La présente promotion comporte l’attribution de la Croix de guerre avec palme.

 


Promotion à la dignité de Grand-Croix, pour prendre rang du 8 mai 1945 :

Général de Corps d’Armée, commandant le IVe Corps d’Armée.

Rallié dès juin 194*) à la France Libre, n’a jamais cessé le combat. Après avoir triomphé de l ennemi et du désert, libère Paris puis Strasbourg, termine la lutte en portant sa Division au cœur de l’Allemagne, et, en pénétrant à sa tête dans le réduit d’Hitler, à Berchtesgaden. Achève par ce haut fait d’armes une épopée exemplaire de notre histoire. •
La présente promotion comporte l attribution de la Croix de guerre avec palme.
(Décret du 10 mai 1945 – – ]. 0. du 24 juin 1945.)

 


Concession de la Médaille militaire

(Décret du 6 juin 1946 — j.O.du 7 juin 1946  .J « Titres exceptionnels. »

« Au cours d’une glorieuse épopée qui appartient à l’histoire, a montré que le drapeau français savait toujours se déployer en vainqueur partout où l’appelait la cause sacrée de la Patrie. » Cette concession comporte l’attribution de la Croix de guerre avec palme.

 

 

 

LOI N° 47-2266, DU 20 NOVEMBRE 1947

ARTICLE UNIQUE : Le Général Leclerc, qui conduisit ses soldats victorieux du Tchad à Alençon, à Paris et à Strasbourg, a bien mérité de la Patrie.